2. Déraisons légères

Publié: 12/01/2013 dans Désordre
Photo par Nikolay Tikhomirov

Photo par Nikolay Tikhomirov

 

— Je l’aime un souffle sur deux, un jour sur deux.

— Et que fais-tu des seconds de chaque souffle et jour ?

— Ils se distillent en imprécations ; effets spéciaux sur un théâtre de charmes et de brumes.

— Les imprécations sont retournables. Fais-le t’aimer onze lunes sur douze et un soleil chaque matin.
… ainsi, seront imprécatoires une lune l’année et tous les cieux sans soleil.

— Imagine les jours où le soleil répand sur les cœurs la même désolation qu’un incendie souverain.
Comme quand on ajoute de l’eau à une vinaigrette pour qu’elle soit plus légère, dans mon coin, sur la nuit, je confectionne des miscellanées de rire et de mélancolie.

— Il suffit, peut-être, d’avoir l’émotion pyromane et de contourner les langues de fe spleenesques et par trop compliquées de ceux qui se cachent dans le jour comme dans la nuit.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s