VI

Publié: 13/08/2011 dans Abecedarium

Narcisse,
De toute évidence, je n’aime de la ponctuation que les points.
T. m’en a fait la remarque. Elle a dit : « Mets-toi à la musique. Il y a toujours un point à la fin de toute musique ».
Moi, je crois qu’il y a DES points. Trois, jusque là, trois points de suspension que m’a offerts S., trois notes tristes, et Gypsy.
Alors j’ai su que.
J’ai des poussières et quelques années. Des poussières avant, des poussières après, et toi et les années au beau milieu de la figure, glissant au rythme des courbes de chaque ride naissante vers l’abîme de l’oubli. Un oubli indésirable.
Parfois, je fais semblant d’avoir pardonné. On s’est envoyé des coups corrects et justifiés. Les plus bas ont été les plus durs, mais ça n’a jamais été admissible de tolérer les ratés. Ça générait des rancœurs qui ressemblaient à des blessures d’où l’on n’a pas retiré le couteau.
On s’abusait, on tombait dans des excès morbides et dès que l’un merdait l’autre se dénonçait, sans reconnaissance on se disait merci et se partageait vaniteusement un poids sur la conscience alors qu’il aurait suffi de laisser tomber sans broncher.
Il aurait suffi aussi de faire face à l’envers comme à l’endroit, mais on n’aimait pas la facilité en toute chose et on choisissait nos résolutions de sorte que ce ne soit jamais définitif.
Tu ne t’es pas fait excuser pour mes quatre poupées en porcelaine que tu as cassées et en as accusé le chat des voisins du haut bien que ces derniers n’en eurent jamais, alors j’ai jeté ton vinyle des Rush à la poubelle et dit que ce même chat l’a croqué. Tu n’a rien eu pour ta défense et je n’ai rien eu pour ma gloire.
Nos petits délits mineurs d’amour et de haine s’estompaient dans le noir du lit quand on s’envoyait jusqu’au petit matin en prison ferme avec travaux pas si forcés que ça ; mais nos sacrifices souvent illégitimes et limite masochistes échouaient dans l’asile du non-dit, et on devinait, on souriait et on s’aimait par-dessus bord en toute humilité. Et on s’en souvenait.
Se maintenir en haleine tout en évitant la frustration des compromis nous réussissait. On était insatiables, et plus on creusait, plus le gouffre nous semblait peu profond et on ne voyait pas que ce que l’on entreprenait pour nous nous rapprocher ne faisait que nous éloigner l’un de l’autre.
On finissait par se blaser de tout et de rien et adopter un silence sur la défensive.
V. est passé aussi. Il n’est resté que cinq minutes, m’a présenté ses vœux d’amour et de santé et, rigide comme un i sur le seuil de la porte, m’a dit : « Tu es ravissante. Essaie de passer à autre chose.  »
J’ai l’impression que la plaie que tu lui as faite sur le front ne veut pas cicatriser. Il est resté stoïque et je lui en sais gré.
Je ne peux pas dire que la soirée s’est terminée en apothéose. S. jouait et achevait toutes ses chansons par un la mineur.
Gypsy est aussi tienne que je le suis.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s