Mais maman..

Publié: 13/01/2011 dans Gribouillis

Mais maman, ce fut un jour
Où ma douleur était intense
Entre inconscience et transe
Jusqu’à l’apparition du jour

Mais maman, où était-ce donc
La jolie rose dans tes joues ?
Le joli miel dans tes yeux ?
Avant que Dieu ne les tronque

Mais, ô maman, aurais-je pu
Savoir et le mal et le bien ?
Flairer les leurs et les miens
Puisque de tous se dérape le pus !

Mais, ô maman, maman, t-ai-je aussi digne ?
T-ai-je aussi fille que les autres ?
De tes futures gloires, apôtres
Et libertine je suis, tel une vigne

Mais, mère, mère, écoute
Le friselis de ce cœur écorché
Où une graine, par l’aorte penchée
Noire, souveraine, guette aout…

Publicités
commentaires
  1. Moose dit :

    dieu seul sait combien elle me manque … très joli article bravo !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s