4-

Publié: 03/10/2010 dans Laïla

Quelque chose n’allait pas, à la maison.

Lumière n’est pas là. Il a dit qu’il partait voir un ami très important et que ça ne pouvait pas attendre. Dès qu’il reviendrait, il lui apprendrait les couleurs. Cela fait cinq jours.
Papa n’est pas là. Voyage de travail. Quatre jours qu’il est parti, deux jours qu’on est sans nouvelles.
Fadi n’est pas là. Depuis quelque temps, il dort chez un copain. Il ne passe à la maison que pour prendre des affaires, dire qu’il va bien et repartir sur la pointe des pieds.
Maman n’est pas là. Elle est chez la voisine, à discuter cuisine, ménage, mari et enfants.
Laïla n’est pas là non plus. Elle a l’esprit ailleurs.
Ses petites mains jointes au creux du ventre, sa jolie tête légèrement inclinée de coté, sa bouche en bouton floral tordue sous l’effet d’une pensée imposante, elle songeait à toutes ces lumières qu’elle commence à voir un peu partout, tantôt très légères, tantôt d’une intensité aveuglante.
Cette fois, elle en était vraiment terrifiée ; qu’une personne puisse penser aussi intensément à une chose en particulier, cela paraissait normal, mais qu’elle arrive à avoir en tête tant de choses à la fois, ceci dépassait l’entendement de la petite fille, et elle commençait sincèrement à croire qu’il fallait qu’elle arrête de pousser, tant l’univers des grands était malsain.
Avant de partir, Lumière eut droit aux confessions de Laïla, qui, assez agitée, lui avoua sa crainte de ne plus pouvoir supporter ces étranges visions. Toutes ces lumières qui fusaient de partout la laissaient hagarde, d’autant plus qu’elle n’arrivait pas à déterminer qui pensait à quoi.
Lumière, comprenant que l’esprit de la fillette risquerait sérieusement de se brouiller s’il n’intervenait pas tout de suite, lui demanda qu’à chaque fois qu’elle sentirait sa vision dérangée, de fermer les yeux avec force et de faire le vide dans sa tête, de compter jusqu’à dix avant de les ouvrir bien grands en regardant le ciel. Mais que si elle tenait vraiment à apprendre à distinguer entre les pensées et leurs propriétaires, il fallait qu’elle procède par élimination, se concentrant sur une seule personne à la fois, n’accordant aucune importance au reste.
Laïla ne savait vraiment pas comment allait-elle s’en sortir, mais elle était bien décidée à tenter sa chance.

Le surlendemain, Fadi revint à la maison chercher son appareil photo, mais n’y trouva que sa petite sœur qui lui demanda s’il tarderait à revenir habiter avec eux. Perplexe, il répondit qu’il n’en savait rien, quand quelqu’un frappa à la porte.
Laïla ouvrit, cédant le passage à une jolie jeune fille toute en larmes, et crut mourir quand elle fut submergée par une vague de lumières qu’elle localisa –de prime abord- divergeant des yeux de son frère et du bas du ventre de la demoiselle, si ce n’est le copain de Fadi qui fit une entrée fulgurante et demanda aux deux jeunes gens de l’accompagner dehors pour discuter calmement. Mais lui-même était très agité, émettant une lumière intense de partout son corps et ayant du mal à contenir ses tremblements.

Fadi pria sa sœur de monter s’enfermer dans sa chambre. Elle s’exécuta après avoir salué la jeune fille, qui avait un air étrangement calme et regardait fixement le mur d’en face.

Publicités
commentaires
  1. Ninawel dit :

    L’ami imaginaire de Leïla, ça me rappelle moi :S (ouais bon, on a tous eu un ami imaginaire non? Même qu’on lui a tous donné un nom ? sitouplé dites oui !!!) mdr !

    J’ai A-D-O-R-E lire ces 4 chapitres, ton style est digne d’un très grand auteur, et puis l’histoire est émouvante 🙂 je te félicite pour ça !!! Vraiment bravo ^^

    Maintenant, accouche nous le 5éme, j’ai soif de lecture lol !
    Au plaisir de te relire ! Bisous

  2. Filoselle dit :

    Nawel, tu m’en vois honorée-ravie-émue-confuse ! Cela fait énormément plaisir, oser me « traiter » de « très grand auteur », je crois succomber :p

    Et oui ! Moi j’ai eu un tas d’amis imaginaires, chacun sa période et chacun à quoi il a servi, et sans lesquels je ne sais ce que je serais devenue ! Donc rassure toi on n’est pas des anormales hihi ^^

    Pour le 5eme chapitre (et peut être pas le dernier) j’y pense déjà, il me faut relire les 4 précédents et trop la flemme :p mais j’y pense 😉

    Au plaisir de te revoir me relire 😀

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s